Ce qu’on ne dit jamais aux propriétaires d’animaux

Aujourd’hui je vais vous parler de ce qui n’est jamais dit aux propriétaires d’animaux.

Certains symptômes de pathologies méconnues peuvent passer totalement inaperçus aux yeux des maîtres. Il s’agit notamment des symptômes dépressifs.

Un animal peut avoir besoin en effet de s’isoler pour dormir, être au calme. Cependant rare sont les personnes qui se plaignent d’avoir un animal trop calme. Les premiers symptômes passent donc inaperçus.

En appartement, il n’est pas rare qu’un animal manque de dépense physique par rapport à ses besoins en fonction de ses spécificités. Il arrive donc qu’il soit en surpoids. Le vétérinaire peut en faire le constat à l’occasion de la visite annuelle pour les vaccins. Il est rarement entendu, la nourriture étant une chose importante pour l’animal, les propriétaires les “gatent” bien souvent. Ne connaissant pas toujours les besoins nutritifs particuliers de chaque chat, chaque chien, les risques pour sa santé augmentent avec le temps. La prise de poids et le manque d’activité sont des symptômes dépressifs qui peuvent passer encore une fois inaperçus et être parfaitement tolérés par les propriétaires.

Obie

C’est pourquoi j’espère avoir soulevé quelque intérêt au bien être mental de votre chat ou de votre chien, qui peut souffrir en silence très longtemps, sans créer pour autant de trouble ou laisser voir son trouble mental.
C’est à chacun de prendre conscience de l’intérêt de la démarche de consulter un(e) comportementaliste animalier pour chaque animal adopté ,ceci afin de permettre au plus tôt la mise en  place de bonnes habitudes à l’égard de cet être si particulier, dont les besoins ne sont pas ceux d’un enfant, ou d’un autre animal à 4 pattes!

La personnalité  de chaque individu est prise en compte, l’environnement , l’histoire de l’animal , ainsi que les habitudes de vie de sa famille humaine.

Cette compréhension globale  de ce qu’est la vie , la personnalité, de votre animal de compagnie , permet de déceler même les plus petites douleurs de l’âme ( du corps aussi parfois)  qui pourraient, à terme, entraîner une réduction de l’espérance de vie, des risques de symptômes plus marqués et une dégradation de la qualité de vie, pour et avec, l’animal concerné.
Ne laissez pas votre animal déprimer ! contactez -moi pour toute question sur les thérapies à envisager .